Robert Smithson – Spiral Jetty

LAND ‘ART

Jetée en spirale”de Robert Smithson, artiste américain en 1970

questionne le temps qui passe, l’éphémère des oeuvres.

Robert Smithson

Smithson est né au New Jersey. Il étudie la peinture et le dessin dans la ville de New York. Après avoir eu son diplôme de l’Art Student’s League en 1956, il s’inscrit à la Brooklyn Museum School. D’abord orienté vers la peinture abstraite, il la délaisse pour se consacrer, dès 1962, à la sculpture. Celle-ci adopte rapidement des formes géométriques simples, en partie influencées par la cristallographie.

Le 20 juillet 1973, Smithson meurt dans un accident d’avion au Texas tandis qu’il prend des photographies de son œuvre Amarillo Ramp, en cours de construction.

Cette dernière sera achevée en moins d’un mois par sa compagne Nancy Holt avec l’aide de Richard Serra et Tony Shafrazi.

Malgré une mort précoce ne lui permettant pas d’aboutir plusieurs projets importants sur lesquels il travaillait, Smithson s’est rapidement imposé dans l’histoire du Land Art au travers de quelques réalisations majeures, peu nombreuses mais dont l’aura est considérable. C’est sans doute l’une des raisons pour lesquelles l’artiste conserve aujourd’hui de fervents émules parmi les artistes contemporains, aux quatre coins du monde.

Smithson-Spiral_JettySpiral Jetty Smithson

 

Ammonite géante, temple archaïque, barrage industriel…. La Jetée en spirale a une symbolique cosmique. (dessins incas à Nazca au Pérou)

 

“Cette œuvre a été créée en 1969 à l’aide d’un camion chargé d’asphalte qui s’est rendu aux environs de Rome et qui y a ensuite déchargé son contenu du haut d’une colline, donnant ainsi une importance aux qualités d’un matériau qui l’intéressait beaucoup  : l’asphalte. Pour Smithson, l’asphalte représentait une sorte de piège pour capter l’énergie et, par conséquent, les routes et les autoroutes avec ce matériau se transformaient en un lieu de passage, en voie entropique qui permet un flux continu de personnes et d’engins.

Il y a aussi un rapport direct au dripping de Jackson Pollock dans ses peintures car le dripping pictural de ce peintre le portait à son point extrême de monumentalité. Smithson cherche la désintégration, le glissement, la coulée, l’avalanche, le flot. Le paysage est toujours entropique pour lui parce que son intérêt est fixé sur la localisation des zones industrielles abandonnées et désolées. Son intérêt est particulier pour les mines souterraines ou à ciel ouvert et aux carrières. Les différents matériaux utilisés sont la boue, le fumier, l’asphalte, le béton et la glace parce qu’ils sont très lent lors de leur écoulement, résistent aux traînées faciles et aux taches molles et spongieuses (qui donnent l’idée de paresse) typiques des peintures de New York dans les années 1960.” Source WikiArt

Spiral Jetty Smithson

 Robert Smithson, Spiral Jetty, 1970.

 

Ce que j’en fais

Jetée en spirale

Acrylique et Aérosol, 24X32

Jetée en spirale

Acrylique et Aérosol, 24X32

Partagez l'article:
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire